Ce site n’est plus consacré au Comité de Jumelage, mais ...

Accueil du site > Culture russe > Langue russe

Langue russe

2008

L’alphabet russe est une variante de l’alphabet cyrillique. Celui-ci fut introduit dans la Russie kiévienne au temps de sa conversion au christianisme vers 988, date traditionnelle qui est peut-être légèrement postérieure à ce que laissent penser certains faits d’archéologie.


L’origine de la langue

Le russe appartient au groupe des langues slaves, groupe appartenant à celui des langues indo-européennes. Les langues slaves constituent une branche importante du groupe indo-européen. Parmi les langues slaves on trouve principalement le russe, le polonais, le bulgare, l’ukrainien, le serbo-croate, le tchèque, le biélorusse, le slovaque, le slovène et le macédonien. On divise normalement ce groupe en trois sous-groupes, au sein desquels on remarque une ressemblance encore plus grande. Le russe appartient aux langues slaves de l’est, tout comme le biélorusse et l’ukrainien.

Histoire de la langue russe

On peut dater les débuts de l’écriture de la fin du Xe siècle, après la conversion au christianisme des peuples slaves de la région. La langue écrite apportée par les missionnaires était le vieux slavon liturgique, également appelé « vieux slave » ou « vieux bulgare ». Au moment de son introduction, le vieux slavon liturgique était aisément compris par les Slaves de l’Est. Toutefois, les différences entre la langue écrite et la langue parlée se sont peu à peu accentuées, la langue parlée subissant un certain nombre de simplifications phonologiques et morphologiques. Le vieux slavon liturgique demeura la langue littéraire jusqu’à la fin du XVIIe siècle, la langue écrite ne se libérant totalement de son influence que dans les affaires administratives et légales.

Au XVIIIe siècle, la sécularisation et l’occidentalisation entreprises sous le règne du tsar Pierre I, le Grand entraînèrent une rupture linguistique. L’ancienne langue écrite, tant le vieux slavon liturgique pratiqué par les ecclésiastiques que la langue administrative, se révéla inapte à rendre les nombreux concepts scientifiques, technologiques, culturels et politiques introduits par les réformes de Pierre le Grand. Cela rendit nécessaire la création d’une nouvelle langue écrite à partir des diverses formes existantes, empruntant au vieux slavon liturgique archaïque comme à la langue vernaculaire, mais aussi de nombreux mots aux langues occidentales. Peu à peu s’établit une norme dont l’état actuel date de la première moitié du XIXe siècle.

Langue officielle de la fédération de Russie

La langue russe est la langue officielle de la fédération de Russie, qui a historiquement joué le rôle de "lingua franca" dans l’Empire russe et l’Union Soviétique. Elle reste pratiquée comme deuxième langue dans les autres républiques ex-soviétiques. Également connue sous le nom de grand-russe, elle forme, avec le biélorusse et l’ukrainien, la branche orientale des langues slaves. Le russe se divise en trois groupes de dialectes* : nord, sud et centre, dont le dernier est un groupe intermédiaire associant des caractéristiques des groupes du nord et du sud. Les dialectes du sud et du centre se distinguent par l’akanie, c’est-à-dire la confusion de certaines voyelles non accentuées. Le russe standard, qui est fondé sur un dialecte central de Moscou, est l’une des cinq langues officielles de l’Organisation des Nations Unies.

Prononciation

Le russe est une langue non tonale, l’accent des mots est variable, il peut se déplacer d’une forme à l’autre. Les voyelles non accentuées sont brèves et réduites, la syllabe non accentuée précédant l’accent étant moins réduite que les autres. Le russe ne s’écrit pas comme il se prononce. Il existe toute une série de règles d’orthographe et de prononciation et une flopée d’exceptions.

L’accent tonique sur le cyrillique

En russe, l’accent tonique modifie la prononciation de certaines voyelles.

- E se prononce "ié" lorsqu’il est accentué. Lorsqu’il n’est pas accentué, il se prononce presque comme un "i".

- O se prononce fermé lorsqu’il est accentué. Lorsqu’il n’est pas accentué, il se prononce très ouvert, presque comme un "a".

Règles de prononciation des lettres cyrilliques
- Après Ж ou Ц, И se prononce à mi-chemin entre Ы et И. De même, après ces consonnes, E se prononce Э.
- La combinaison гк, comme dans мягкий (myagkiy) se prononce хк [myakhkiy]
- Dans certains mots, г (g) placé entre е et о ou entre о et о se prononce в (v). C’est le cas notamment dans le mot сегодня (transcription : segodnya/prononciation : sivodnya) et dans toutes les désinences en -ого et -его de la déclinaison masculine.

L’alphabet cyrillique

Le russe utilise l’alphabet cyrillique et comporte trente-trois lettres. L’orthographe est essentiellement phonétique, et les quelques règles de prononciation qui s’écartent de la prononciation de base de chaque lettre sont simples. Les noms, qui peuvent être des genres masculin, féminin ou neutre, se déclinent selon le cas (nominatif, accusatif, génitif, datif, instrumental et locatif) et le nombre (singulier et pluriel). Les adjectifs s’accordent en genre, en nombre et en cas. Il existe trois temps, le présent, le passé et le futur, mais les verbes sont également affectés par l’aspect, qui peut être perfectif ou imperfectif. Le perfectif présente l’action comme une entité globale, généralement du point de vue de son achèvement. L’imperfectif, en revanche, envisage l’action comme un processus itératif. La distinction de l’aspect subsiste dans les trois modes, indicatif, subjonctif-conditionnel et impératif, et aux participes, adverbial et adjectival, ce dernier pouvant être actif ou passif. En raison des déclinaisons et du type de conjugaison, l’ordre des mots répond en russe à des règles moins strictes qu’en français. Quant au vocabulaire russe, il se caractérise par l’existence de vastes familles de mots issus de la même racine, modifiée par divers préfixes et suffixes. L’alphabet russe ou alphabet cyrillique (du nom de Saint Cyrille, apôtre des Slaves) est d’origine grecque (comme l’alphabet latin).

Les minuscules cyrillique sont identiques aux majuscules cyrillique, ainsi écrivait-on le grec au Xème siècle, époque ou fut créé l’alphabet cyrillique. Le "B" cyrillique (prononciation "V") a la même origine que notre B (grec) mais pas la même prononciation car le "B" cyrillique a en russe la même valeur qu’en grec moderne (=v). Les créateurs de l’alphabet cyrillique ont du inventer des caractères nouveaux pour les sons qui n’existaient pas en grec, comme [b], [j], [ts], [tch]. L’alphabet cyrillique comprend 32 lettres ; 20 consonnes, 10 voyelles et 2 signes (un signe mou et un signe dur). L’alphabet cyrillique a été créé au dixième siècle par les moines macédoniens Cyrille et Méthode. Plusieurs lettres cyrilliques ressemblent à des lettres grecques mais d’autres lettres cyrilliques ont été créées afin de s’adapter spécifiquement à la phonétique russe. Une réforme de l’orthographe russe eu lieu en 1917, après la révolution bolchevique et certaines lettres ont été éliminées.

Prononcer l’alphabet russe

La phonétique de l’alphabet cyrillique russe

[a]

[b] prononciation "be"

[v] prononciation "ve"

[g] prononciation "gue", "g" de gare

[d] prononciation "de"

[ie] E vaut en réalité ie ou io. Lorsque e vaut io (toujours sous l’accent), la règle est d’utiliser le tréma : ë. Règle, qui est plutôt rarement employée par les Russes.

[j] consonne toujours dure, prononciation "je"

[z] prononciation "ze"

[i] prononciation "i"

[i bref] travail

[k] prononciation "ka"

[l] Attention le "l" russe est dur ! Pour prononcer correctement l dur, il faut appliquer la pointe de la langue contre les incisives inférieures (ainsi on l’empêche de remonter) et prononcer l ; le son obtenu est voisin du l final anglais de bill. prononciation "el"

[m] prononciation "em"

[n] prononciation "en"

[o] prononciation "o"

[p] P dur est identique au P français, P mouille s’obtient en ajoutant un petit e très bref. prononciation "pe"

[r] Il faut rouler les "r", prononciation "er"

[s] prononciation "es"

[t] prononciation "te"

[ou] prononciation "ou"

[f] prononciation "ef"

[kh] prononciation "kha"

[ts] consonne toujours dure, prononciation "tse"

[tch] consonne toujours mouillée, prononciation "tche"

[ch] consonne toujours dure, prononciation "cha"

[chtch] consonne toujours mouillée, prononciation "chtcha"

signe dur tviordyi znak

signe mou miakhkij znak

[i dur] Le "i dur" s’obtient assez aisément en écartant les commissures des lèvres en forme de rictus et en prononçant u. Derrière une labiale (p,b,f,v,m) il faut intercaler un petit w anglais.

[ë] prononciation "e" ouvert, e abaratnoïe

[you] prononciation "iou"

[ya] prononciation "ia"

Orthographe des mots russes

Comme déjà précisé, le russe ne s’écrit pas comme il se prononce, bien que certaines lettres échappent à cette règle, telles les voyelles non accentuées ou certaines consonnes. Par exemple, dans "говорить" (parler), les ’o’ se prononcent entre le o et le a. Pareil dans "хорошо" (bien) avec les deux premiers o (le troisième se prononce par contre vraiment o). Le ’e’ a aussi des prononciations variables suivant qu’il est accentué ou non. Par exemple, dans "нет" (non), il se prononce ’ié’. Dans "семья" (la famille), il se prononce presque comme un ’i’ bref. Dans des verbes comme "чувствовать" (sentir, ressentir), le premier ’в’ ne se prononce pas. Dans le mot "волк" (le loup), le ’l’ est dur. Dans "жаль" (dommage), il se prononce pratiquement comme le ’l’ français. Par ailleurs, les consonnes finales ou antéfinales peuvent parfois changer de son. Par exemple, dans "лoщадь" (le cheval), le ’д’ final se prononce presque comme un ’t’ mouillé. Dans les mots terminés par "его" (cas des adjectifs possessifs au génitif singulier), le ’г’ se prononce comme un ’в’. Dans les verbes pronominaux, la particule finale "ся" les caractérisant se prononce généralement ’sié’. Malgré tout, les règles d’écritures sont claires même si certains points sont, comme dans toutes les langues vivantes, sujets à controverse. L’orthographe actuelle est le fruit de la grande réforme de 1918 (qui avait été proposée avant la Révolution) et de la codification de 1956. La ponctuation, provenant initialement du grec byzantin, a été modifiée aux XVIIe et XVIIIe siècles par analogie avec le système allemand et français.

Grammaire du russe

Le russe est une langue flexionnelle. La déclinaison possède six cas :

Nominatif

Accusatif

Génitif

Datif

Instrumental

Locatif (ou prépositionnel)


Article

Le russe ne possède aucun article, défini ou indéfini.


Nom

Il y a trois genres (masculin, féminin, neutre) et deux nombres (singulier, pluriel). Le duel subsiste dans de rares cas. Généralement, la terminaison du nominatif singulier indique le genre.


Adjectif

Le système adjectival russe, tout comme le système verbal au passé, ne connaît que quatre « genres ». Il distingue le masculin, le féminin et le neutre au singulier (encore que le masculin et le neutre se confondent à partir du génitif), mais applique le même pluriel à tous les genres.

Une spécificité du russe, par rapport aux autres langues slaves, est l’existence d’une forme longue et d’une forme courte (invariable) des adjectifs.


Verbe

La conjugaison est des plus simples car il n’y a que trois temps : présent, futur et passé. Il ne connaît aussi que trois modes : indicatif, impératif et conditionnel (bien que celui-ci ne connaisse pas de forme

Attention : A l’oral, le verbe "être" au présent ne se prononce pas, et à l’écrit on ne met rien du tout, sauf lorsque le verbe est entre deux noms on met un tiret : "-"

Les dialectes

Russe septentrional

Situé au nord-est d’une ligne reliant le lac Ladoga à Yoshkar-Ola en passant par Novgorod et Yaroslavl. Ce groupe se distingue par une prononciation du "o" non accentué comme un /o/, le "g" est guttural et le "t" se prononce dur..

Dialecte de Ladoga et Tikhvine

Dialecte de Kostroma

Dialecte de Vologda

Dialecte de Onega

Dialecte de Beloozersk


Russe central

La limite septentrionale passe par Saint-Pétersbourg, Novgorod, Ivanovo et Nijni-Novgorod jusqu’à Tcheboksary. Au sud, cette région comprend Vélikié Louki, Moscou et Penza. L’accent local comporte des traits empruntés tant au russe septentrional qu’au russe méridional. On distingue la partie occidentale (prononcant /o/ même hors accent) et la partie orientale (prononcant le o non accentué /a/).

Dialecte occidental de Pskov

Dialecte occidental de Novgorod

Dialecte oriental de Moscou et environs

Dialecte oriental de Yegorevsk et environs

Dialecte oriental de Temnikov et environs

Dialecte oriental de la région Volga-Vladimir


Russe méridional

La région s’étend au sud de Vélikié Louki et passe par Ryazan et Tambov. On y prononce le o non accentué /a/, le "g" est fricatif et le "t" mouillé.

Dialecte de Ryazan

Dialectes du Dniepr

Dialecte de Oskol

************

Source : Cours-de-russe


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette