Ce site n’est plus consacré au Comité de Jumelage, mais ...

Accueil du site > Accueil > Actualités en Russie > Actualités en Russie 2007

Actualités en Russie 2007

2007

Quelques événements importants se sont déroulés en 2007, en Russie. Le choix est bien sûr subjectif !


Réforme du calendrier des fêtes légales

Nouvelle fête : Journée de l’Unité Populaire, le 4 novembre

L’Eglise orthodoxe russe, le parti "Unité" et les députés à la Douma viennent d’offrir aux Russes une fête supplémentaire, la Journée de l’unité populaire, célébrée le 4 novembre. L’ancienne Journée de la concorde et de la réconciliation fêtée le 7 novembre - jadis Journée de la Grande révolution socialiste d’octobre - a été annulée pour avoir "perdu tout fondement idéologique".

Pour la plupart des Russes, le 4 novembre, proposé initialement par l’Eglise orthodoxe en tant que Journée de l’unité parce qu’à l’époque du Temps des Troubles, les Russes avaient pris d’assaut un secteur de Moscou occupé par les envahisseurs polonais, est plutôt mal choisi. Tout d’abord, cette date ne rappelle que fort indistinctement des événements qui remontent quand même au début du XVIIe siècle (1612) et, après le fameux assaut, le Temps des Troubles ne s’est pas dissipé et la Russie ne s’est pas unie. Il faut dire aussi que la garnison polonaise du Kremlin, qui mourait de faim selon des témoignages de l’époque, avait déposé les armes de son plein gré. Enfin, après le 4 novembre les cosaques ont continué de vouloir installer un Polonais sur le trône, Novgorod proposait un Suédois, le prince Pojarski, chef de l’armée populaire, se voyait porter la couronne tandis que le patriarche Filaret songeait à son fils, Mikhaïl Romanov. L’unité ne devait être retrouvée qu’après l’intronisation de ce dernier. Sans compter les autres dates où l’unité des Russes s’est manifestée avec bien plus d’éclat : les batailles de Koulikovo et de Borodino, pour ne citer qu’elles.

Le désir des députés d’effacer le 7 novembre de l’histoire russe suscite bien des questions. Pour de très nombreux Russes, cette date n’a rien perdu de sa valeur idéologique, ce qui signifie que la décision des parlementaires n’apporte rien à l’unité de la société, bien au contraire. Les révolutions française et russe sont qualifiées de Grandes parce qu’elles annonçaient quelque chose de nouveau à l’humanité. Pourquoi donc se défaire de la grandeur avec autant d’insouciance ?

La Journée de la Constitution (12 décembre) a elle aussi été supprimée car elle doublait en fait la Journée de la Russie (12 juin). Les députés ont donc modifié le Code du travail et les Russes auront désormais moins de fêtes à célébrer tout en bénéficiant d’un jour chômé supplémentaire.

A l’occasion du Nouvel An, en effet, les Russes chômeront du 1er au 5 janvier (et non plus seulement le 1er et le 2) . Les députés ont expliqué leur décision par la volonté que les parents puissent passer les congés scolaires avec leurs enfants.

Piotr Romanov - RIA - Novosti


Boris ELTSINE

Boris Eltsine est décédé le 23 avril 2007 à 15 h 45 (heure de Moscou), d’un arrêt cardiaque. Il était né le 1 février 1931, à Boutka (près d’Iekaterinbourg). Il fut le 1er président de la Fédération de Russie de 1991 à 1999. Boris ELTSINE gravit tous les échelons au sein du Parti Communiste qu’il adhèra en 1961. Celui qui allait donner le coup de grâce au Parti, que fonda Lénine, détruisit, en 1977, la maison Ipatiev, où le dernier tsar (Nicolas II) fut massacré en 1918, avec toute sa famille sur l’ordre du chef bolchévique. En 1998, il permettra d’ensevelir la famille impériale, en la Cathédrale Pierre et Paul, à St Petersbourg, auprès des autres membres de la dynastie des Romanov.

Le président Vladimir POUTINE a décrêté, mercredi 25 avril, jour de deuil national, à l’occasion des funérailles.


Mstislav ROSTROPOVITCH

Le violoncelliste et chef d’orchestre russe , une des figures de la résistance à l’oppression soviétique, est décédé vendredi à l’âge de 80 ans. Rostropovitch, malade depuis plusieurs mois, avait effectué ces derniers temps plusieurs séjours à l’hôpital. Considéré comme le plus grand violoncelliste de la seconde moitié du XXe siècle, il a défié en homme libre le pouvoir soviétique.
- 27 mars 1927 : Naissance de Mstislav Léopoldvitch Rostropovitch à Bakou (Azerbaïdjan).
- 1943 : Au conservatoire de Moscou, devient l’élève du compositeur Dimitri Chostakovitch auquel il restera très lié.
- 1945 : Premier prix au Concours général de violoncelle à Moscou.
- 1951 : Obtient le prix Staline, alors la plus haute récompense en Union soviétique, qui lui sera décernée une seconde fois en 1953.
- 1955 : Épouse Galina Vichnievskaïa, cantatrice du Bolchoï. Le couple aura deux filles.
- 1956 : Première prestation au Carnegie Hall de New York.
- 1964 : Prix Lénine. Le maitre
- 1966 : Distingué comme Artiste du peuple de l’URSS.
- 1970 : Recueille et soutient ouvertement l’écrivain dissident Alexandre Soljenitsyne.
- 1974 : Chassé d’Union soviétique.
- 1977 : Crée à Paris le concours de violoncelle qui porte son nom et fonde les Rencontres musicales d’Évian.
- 1977-1994 : Directeur musical de l’Orchestre symphonique national de Washington.
- 1978 : Déchu de sa nationalité.
- 1980 : Donne un concert à Paris en hommage au scientifique dissident Andreï Sakharov.
- 1987 : Élu à l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France.
- 1988 : Retour du couple en URSS.
- 1989 : Célèbre la chute du mur de Berlin en improvisant un concert au pied de l’édifice. Les images du violoncelliste jouant du Bach au milieu des ruines du mur effondré feront le tour du monde.
- 1990 : Recouvre sa nationalité.
- 2005 : Célèbre ses 50 ans de mariage.
- 2006 : Devient représentant spécial de l’Onusida et participe aux célébrations du centenaire de la naissance de Chostakovitch.
- 27 mars 2007 : il célèbre au Kremlin ses 80 ans.
- 27 avril : Décès du grand artiste


Présidentielles 2008

26 avril 2007

A l’heure où un ex-président tire sa révérence, voici les deux hommes forts du Kremlin, qui prendraient les commandes de la Russie, après les élections de mars 2008, succédant à Vladimir POUTINE. selon la presse russe. Mais Monsieur Poutine est un habitué des surprises.

Mrs Medvedev & Zoubkov

Dimitri MEDVEDEV Serguei IVANOV

Serguei Ivanov : -Vice-Premier ministre et Ministre de la Défense

Dimitri Medvedev : -1er Vice-Premier ministre et Président Gazprom


Un nouveau gouvernement en Russie

14 Septembre 2007, Viktor Alexeïevitch Zoubkov, est nommé, par le président Vladimir Poutine au poste de premier ministre russe. Né le 15 septembre 1941 à Arbat, district de Kouchva, région de Sverdlovsk (Oural central). Termine en 1965 l’Institut d’Agriculture de Leningrad avec la spécialité "Agronome économiste".

JPG - 66.9 ko

Viktor ZOUBKOV

De 1992 à 1993, adjoint au président du Comité des relations extérieures de la mairie de Saint-Pétersbourg. De 1993 à 1998, directeur adjoint du Service fédéral des Impôts - chef de l’Inspection des Impôts pour la ville de Saint-Pétersbourg. En 1998-1999, chef de la direction du ministère fédéral des Impôts et Perceptions pour la ville de Saint-Pétersbourg. En 1999, s’est présenté à l’élection du gouverneur de la région de Saint Petersbourg. Du 23 juillet 1999 jusqu’en 2001, vice-ministre des Impôts et Perceptions. Le 1er novembre 2001, a été nommé premier vice-ministre des Finances, président par intérim du Service fédéral de suivi financier. Depuis mars 2004, directeur du Service fédéral de suivi financier. Docteur en économie, membre correspondant de l’Académie russe du génie.

Décorations officielles : Ordres de l’Insigne de l’Honneur (1975), du Drapeau rouge du Travail (1981) et Pour les Mérites devant la Patrie de quatrième classe (2000), médaille de Vétéran du Travail (1986) et Diplôme d’honneur du Gouvernement de la Russie (1998).

Marié, père d’une fille.


PARIS, 10 décembre 2007 -Le Monde

- Vladimir Poutine se prononce en faveur de Dimitri Medvedev pour lui succéder en tant que Président de la Fédération de Russie

- Après avoir remporté les élections législatives au début du mois de décembre, Russie unie, le parti du président Vladimir Poutine, a annoncé, lundi 10 décembre, que l’actuel premier vice-premier ministre, Dmitri Medvedev, sera son candidat pour le scrutin présidentiel de mars 2008. Une décision favorablement accueillie par le maître du Kremlin, qui n’a pas tardé à adouber son successeur : "Je le connais très bien depuis dix-sept ans. J’ai travaillé avec lui pendant toute cette période. Je soutiens complètement et totalement sa candidature", a-t-il affirmé, selon l’agence Itar-Tass. Le candidat de Russie unie sera officiellement approuvé le 17 décembre, à l’occasion d’un congrès. Le fait que M. Medvedev, qui préside également le conseil d’administration du géant Gazprom, ne soit pas membre de Russie unie ne devrait pas empêcher sa candidature. Il a d’ores et déjà reçu le soutien d’autres formations politiques proches du Kremlin, notamment Russie juste, le Parti agrarien et Force civile.

- "UNE ADMINISTRATION ROBUSTE" Ancien juriste, Dmitri Medvedev est un proche de Vladimir Poutine, avec qui il a gravi les échelons politiques, de la mairie de Saint-Pétersbourg dans les années 1990 jusqu’au Kremlin. En 2005, il est nommé vice-premier ministre, chargé de la santé, du logement et de l’éducation. Il est considéré comme le tenant de l’aile libérale au Kremlin. Plusieurs sondages rapportent que plus de la moitié des Russes sont actuellement prêts à voter pour le candidat qui aura la faveur de Poutine. L’actuel président russe, qui ne peut pas se présenter pour un troisième mandat lors des élections du 7 mars, a ouvertement affiché son intention de continuer à peser sur la politique de son pays. Dans cette optique, il a souligné que la candidature de M. Medvedev "signifie que nous avons une occasion de former une administration robuste (...) qui poursuivra les politiques qui ont apporté des résultats au cours des huit dernières années".



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette